Seule la mort n’attend pas, mais on est patient

MGM avait annoncé qu’ils étaient entrain de préparer la séquelle de la série Dead Like Me, sous la forme d’un direct-to-video. La sortie de ce film était prévue pour le 22 juillet 2008, mais elle a été repoussé à 2009.

Nous allons donc être très patient :)

D’après Allociné

L’histoire débute après le départ de Ruben, alors qu’un nouveau chef faucheur, Cameron Kane, fait son apparition. Cette arrivée va bouleverser nos trois héros. Daisy et Mason se remettent à boire. Quant à George, elle entre en contact avec sa petite soeur, Reggie, mais se trouve au coeur d’un dilemme le jour où elle doit faucher l’âme de l’un des amis de sa soeur.

Ellen Muth, star de la série, a annoncé sur sa page MySpace que la série pourrait revenir sur les antennes si les vente de la vidéo sont satisfaisantes. Dans son billet, elle dit qu’un nouveau concept apparaît dans le film. Est-ce que les faucheurs ne vont plus jamais recevoir de Post-It ?

Toujours d’après elle, l’histoire est toujours dans la même trame, et qu’il n’y a que quelques petits changements parce que Mandy Patinkin (Ruben) n’est plus là, et qu’il s’est écoulé deux ans. D’autre part, le créateur de la série Brian Fuller ne participera pas au film, car il est déjà engagé sur la série Heroes. 


En attendant la vidéo, voici la première bande annonce, ainsi qu’un lien vers un site d’impatient.

http://www.deadlikememovie.com/

Enfin !

Cela fait plus d’un an et demi que j’ai parlé de l’adaptation de la Cité des Hommes au cinéma. Il sort enfin cet été dans les salles françaises, c’est à dire le 23 Juillet 2008 !

Pour en savoir plus, j’ai réussi a gratter ces quelques liens sur google :

  1. Le site officiel du film
  2. La fiche du film sur allocine.fr
  3. La première bande annonce en portugais, sous-titré anglais
  4. La seconde bande annonce pour le marché américain
  5. La seconde bande annonce doublée en français international

La Cité des Hommes - Copyright Alliance Vivafilm

La Cité des Hommes : le film !

Quatre saison, ce n’est pas assez. Heureusement, le long métrage est en préparation ! Je ne fais que compiler ce que j’ai trouvé par-ci par-là.

Le synopsis

La série la Cité des Hommes (Cidade dos homens) a été diffusé par la Globo, et les créateurs finissent l’adaptation sur grand écran. Le long métrage est la suite direct de la série, et montrera l’entrée dans la vie d’adulte de Laranjinha (Darlan Cunha) et Acerola (Douglas Silva).

Maintenant, du haut de leurs 18 ans, leur amitié de toujours est mise en péril par un terrible secret, et les plongera dans une guerre de drogue dans la favela de Sinuca.

On connait par cœur Laranjinha et Acerola, nous les avons suivi durant 4 ans. Le film s’ouvre sur les 18 ans d’Acerola. Les deux meilleurs amis sont à la plage et ils se déplorent leur situation. Acerola est marié et à un bébé avec la seule partenaire sexuel qu’il n’ait jamais eu. Il désire retrouver sa liberté qu’il a perdu très jeune, en assumant femme et enfant. Laranjinha, serial lover qui fait tombé toutes les filles qu’il désire, ne rêve qu’à une chose qu’il n’a jamais eu : il veut absolument retrouvé la trace de son père avant qu’il ait 18 ans, afin d’écrire un nom dans sa carte d’identité.

Les chaleurs de l’été tapent sur les mentalités et les caïds de leur favela commencent à péter un cable. Acelora travaille comme gardien dans une propriété bourgeoise, et pense à voir d’autres femmes, jusqu’à ce qu’il se laisse tenté par une beauté. De son côté, la grand mère de Laranjinha lui laisse échapper accidentellement un indice concernant son père. Il a les preuves dont il avait besoin pour traquer son père, Heraldo, qui s’avère être un ex-taulard, voleur et meurtrier.

Les deux amis ont des problèmes avec Mudrugadao (Hiboux), le caïd le plus dangereux de la favela, et ils sont contraints à partir de la favela. Laranjinha part vivre avec son père, et aveuglé par le désespoir de faire plaisir à son père longuement disparu, qui voit d’un mauvais œil son ami, Laranjinha jette Acerola qui était venu chercher refuge. Banni par sa famille et sans endroit où aller, il n’a pas d’autre choix que de rejoindre le gang de Mudrugadao, c’est alors qu’il découvre le terrible secret d’Heraldo, ébranlant son amitié avec Laranjinha, et les propulsant dans une énorme guerre des gangs, l’un contre l’autre.

La cité des Hommes - premières images - 4-5 La cité des Hommes - premières images - 3-5 La cité des Hommes - premières images - 2-5 La cité des Hommes - premières images - 5-5 La cité des Hommes - premières images - 1-5

Les protagonistes

Le film est réalisé par Pablo Morelli, il cosigne le scénario avec Helena Soares.

Le casting se compose de

  • Douglas Silva
  • Darlan Cunha
  • Eduardo BR
  • Luciano Vidigal
  • Naíma Silva
  • Jonathan Haagensen
  • Rodrigo Dos Santos

Producteurs

  • Fernando Meirelles
  • Paulo Morelli
  • Andrea Barata Ribeiro
  • Bel Berlinck

Maisons de Production

  • Globo Filmes
  • Fox Films Brazil
  • O2 Filmes

Distribution

  • Miramax Films (États-Unis, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle Zélande et Afrique du Sud)

Les sources

Comandante

toc, toc. Qui est-ce ?
Mickey.
Mickey qui ? Mouse, Mantel, Rourke, Finn, Dolenz, Knox.
Coupable ? Bien sûr.
Charles Manson le disait : « Je suis pas là, mec. Je suis pas là »
Je n’en veux pas à Mickey ou Mallory.
J’en veux à Ajax et Jack Frost…
Lyndon Johnson, Johnny Cash…
le pape, Pop-tarts,
Captain Igloo…

Jif et Jazz et O.J. Simpson,
JFK, RFK, FDR, FBI…
CIA, STP, AFL-CIO, ABC, NBC, JVC, VCR.
J’en veux à John Wilkes Booth, Mary Tyler Moore, à ces gens à trois noms.
Tocata, Dorothy, Barney…
Jésus, Jon Bon Jovi.
J’enfonce un doigt dans l’œil gauche de Wayne Newton.
Pas leurs parents, la drogue ou la société.
Vous savez à qui j’en veux ? Aux Pirates de Pittsburgh. En 1947…
une ligue de base-ball découvrait le lanceur Fidel Castro.
En direct de La Havane, avec une chouette balle à effet.
Au dernier moment, toutes les équipes ont annulé leur offre.
Et s’il avait été appelé sous les drapeaux ?
Pas de Baie des Cochons, d’assassinat de Kennedy, de Viet-nâm…
Nixon, Ford, pattes d’éléphant, la tribu brady.
Pas de Earth Shoes de Reagan, de crack. Non.
On mangerait des hots dogs, de la tarte aux pommes, en fumant du cubain.

« M-I-C…
A bientôt.
K-E-Y… Pourquoi ?
Parce qu’ils le veulent, c’est tout. »

(extrait de tueur née).

Cet extrait est tiré d’une scène coupée de Tueurs-Nés d’Oliver Stone. Je l’ai relevé car le passage sur Fidel Castro m’amuse. Cette scène fait parti des légendes et censures de l’histoire Américaine. Oliver Stone a tourné un documentaire sur Fidel Castro en 2003. Or celui-ci est toujours indisponible. Ce film a l’air terriblement passionnant, mais en cherchant sur l’internet, il semble n’avoir été projeté qu’il seul fois. Je pense avoir trouvé un .torrent, je le télécharge et le verrai à mon retour.

affiche-commandant.jpg

Encore Castro. Toujours Cuba. Il faut absolument me procurer le livre Cuba face à l’empire. Les messages Dissidence ou désinformation et briser le consensus sur Cuba de Gilbert Dion me donne envie de le lire.