Pourquoi les services mortuaires s’appellent les pompes funèbres ?

Les pompes funèbres est l’organisme en charge de l’organisation des funérailles.
Le croquemort est celui ou celle qui est chargé(e) de transporter les morts au cimetière.

Pompe vient du latin pompa (« cortège », « apparat », « procession », « pompe solennelle », « convoi funèbre », « suite », « étalage », « réunion d’objets qu’on transporte ou qu’on promène », « appareil », « magnificence », « éclat », « faste »).
Funèbre vient du latin funebris : funèbre.

L’origine du mot « croquemort » vienne du fait que la personne chargée de s’occuper de la dépouille mortelle des gens auparavant mordait violemment un des doigts de pied de la victime (en général le gros orteil).
Si rien ne se passait, la personne était déclarée morte. C’est donc de là que vient l’appellation de « croquemort. » Cette fonction de croquemort, qui était en fait une vraie charge (comme les bourreaux) se transmettait de père en fils depuis la nuit des temps.
Or, un jour, il arriva une catastrophe : le dernier croquemort, bien qu’ayant eu de nombreux enfants, n’avait aucun garçon. Sa fille aînée reprit donc sa charge, après réunion et avis favorable du conseil des sages et de l’Église.
Mais voilà, la première victime qu’elle eut à traiter, était un homme décédé d’une grave maladie : la gangrène l’avait en partie gagné et on lui avait coupé les 2 jambes jusqu’à hauteur des cuisses. La jeune fille examina la situation et mordit donc avec précaution le premier membre inférieur qu’elle put trouver.

Ce fut à cette époque, et très précisément dans ces circonstances, qu’on passa de l’expression « croquemort » à celle de « pompe funèbre. »
Cependant, il y a plusieurs centaines d’années, les hommes avait bien d’autres moyen pour tenter de faire mal à un mort que de croquer l’orteil de ce dernier. Si cela avait du se faire, ils auraient probablement utilisé des pinces, ou des outils un peu plus perfectionnés que leurs dents.

L’origine viendrait plutôt du fait que durant les épidémies de peste, les cadavres infectés devaient être amenés hors du bourg pour y être inhumés. Pour cela, une personne était chargé d’accrocher le mort avec une longue perche munie d’un croc ou crochet, ce qui évitait tout contact avec le défunt. Cette personne est devenue assez rapidement le « croche mort. » L’évolution de la langue a fait passer « croche » en « croque, » ce qui nous donne le terme de « croque-mort » que la réforme orthographique de 1990 propose de fusionner en « croquemort. »

  • kixx

    plagiat du petit dico de la mort
    ….